Minimalisme

Cela fait quelques temps maintenant que je m’intéresse au minimalisme, mais avant de tout jeter et ne vivre qu’avec une table, une chaise, un pantalon et un pull j’ai dû faire quelques recherches. Le minimalisme est aussi un cheminement personnel, il ne convient pas à tout le monde et surtout chacun doit l’adapter à sa propre façon de voir les choses. On ne peut pas non plus l’imposer à ceux qui vivent avec nous (je sais de quoi je parle…)
Comment j’ai découvert le minimalisme et pourquoi?

Il y a un peu plus d’un an maintenant, nous sommes devenus propriétaires et nous avons déménagé. En 2016 nous avons déménagé 3 fois et il se trouve que certaines choses sont restées dans les cartons jusqu’au déménagement suivant.

J’en suis donc arrivée à la conclusion que si ça n’avait pas été sorti des cartons c’est que ce n’était pas utile ou indispensable. Lors du dernier déménagement, j’étais enceinte de 6 mois et je n’ai donc pas pu faire le transport de carton, ma mission était donc de vider les cartons petit a petit. Lorsque je vidais certains cartons, je trouvais une place « temporaire » aux objets en me disant que c’était juste le temps de ne plus avoir de carton qui traîne. Mais il se trouve qu’aujourd’hui certaines choses n’ont pas bougées…

Mon envie de faire du tri a commencé par mon dressing. Je me suis rendue compte que j’avais accumulé des tonnes de fringues au fil des années, j’ai même retrouvé des vêtements complètement oubliés et donc quasiment jamais porté.

Mon reflex a été de chercher des astuces de rangement sur YouTube. La méthode Kon Mary m’a été suggérée dans plusieurs vidéo. J ai découvert qu’il y avait un livre sur cette méthode et je l’ai donc acheté.

La magie du rangement de Mary Kondo

J ai lu ce livre en seulement 3 jours. Il est assez simple à lire et pas trop gros. En même temps s’il avait fait 300 pages je ne vois pas trop ce qui aurait pu être dit de plus.

Ce livre aborde comment Mary Kondo en est venue à développer sa technique de rangement qui s’applique à toute la maison. Moi la partie qui m’intéressait principalement était celle concernant les vêtements.

Pour faire simple: il faut rassembler en un seul endroit TOUT nos vêtements, les prendre un par un en main et se demander pourquoi nous les gardons réellement. Les « bonnes » raisons ne sont ni sentimentales ni nostalgiques: il ne faut garder que ce que l’on aime réellement porter. Ensuite, il y a les pièces que l’on a en plusieurs exemplaires mais qui au final ne sont pas utiles: les pyjamas ou tenues d’interieurs (2 suffisent).

J’ai donc fait un 1er tri de cette façon. Mais attention, étant enceinte je n’ai donné que les vêtements que je n’avais jamais porté ou que je ne gardais que pour une raison sentimentale.

Il y avait par exemple un ensemble offert par mes parents, acheté lors d’un de leur voyage. Je ne l’ai jamais mis. Il était composé d’un tissu ne laissant aucune place aux bourrelets ou peau d’Orange et sur la jupe les rayures étaient horizontales. Autant vous dire que je ne l’aurai jamais porté mais je n’arrivais pas à m’en séparer car mes parents l’avaient ramené de Grèce. Ce fut une des 1ère chose que j’ai réussi à mettre dans le sac « à donner ». Et petit à petit le sac s’est rempli.

Il y a encore aujourd’hui des vêtements dans mon armoire qui pourraient aussi aller dans un nouveau sac à donner mais je préfère attendre un peu avant de refaire un gros tri.

La méthode 333

J’ai découvert cette méthode dans le reportage sur le minimalisme de Netflix. La méthode 333 (trois, trois, trois) consiste à ne garder que 33 éléments (hauts, bas, accessoires, chaussures confondus) et ne porter que cela pendant 3 mois. Au début je me suis dit « impossible, 33 c’est pas assez ». Puis j’ai réfléchi: durant ma 1ère grossesse je n’avais que 2 pantalons de grossesse, 2 t-shirt manches courtes, 1 t-shirt manches longues et j’accessoirisais mes tenues afin de ne pas avoir l’impression d’être tous les jours habillé pareil. Et je me suis rendue compte que j’aimais vivre avec ce choix restreint de vêtements (moins de temps perdu à me demander quoi mettre et les vêtements portés avaient été un réel bon investissement).

Plus de qualité moins de quantité

C’est une phrase que vous avez pu lire à plusieurs reprise sur le blog et c’est dans cette démarche de minimalisme que je la répète. Je ne sais pas quand ni comment j’en ai eu assez d’être influencée par la sur-consommation, mais j’ai voulu adopter une démarche plus logique: quitte à n’avoir plus que 3 jeans dans mon dressing, autant qu’ils soient de bonne qualité.

Quand j’ai lancé ce blog, c’est en partie car j’étais moi-même une fervente lectrice de blogs mode et que j’étais capable d’acheter des quantités de fringues par cher pour ressembler un peu plus a ces blogueuses hyper stylée. J’ai donc acheté en masse sur des sites chinois pour au final être déçue par la moitié de la commande qui ne rendait pas bien sur moi ou dont les tailles n’étaient pas bonnes. J’ai aussi laissé pas mal d’argent à de grosses enseignes de moyenne gamme (Zara, H&M, Mango) pour qu’au final Chéri fasse une remarque sur ce qui était trop excentrique ou qui ne me faisait pas un joli popotin, et que donc je ne reporte plus ce vêtement.

J’ai donc fait le choix de la qualité et de la simplicité pour mon style vestimentaire. Rien ne m’empêche pourtant d’avoir mon identité stylistique. Mais j’évite de suivre trop les modes et avant un achat je me demande si c’est une pièce que je peux porter à différents évènements et surtout si c’est quelque chose qui me correspond réellement.

J’aime beaucoup regarder sur Pinterest des « collections capsules » qui sont en fait une quinzaine de vêtements, qui, associés de différentes façons donnent un trentaine de tenues différentes.

J’essaie aussi aujourd’hui de découvrir (grâce à instagram) des marques francaises. J’aimerai privilegier la qualité française pour soutenir les entrepreneurs locaux (plutôt que les soutraitants asiatiques exploités, mais ça c’est un autre debat). Je ne suis qu’au tout début de ma demarche à ce niveau là alors si vous en connaissez n’hésitez pas à le partager avec moi 😉

Le minimalisme et le désencombrement

Tout ce que j’ai pu lire ou voir concernant le minimalisme aborde une partie relative au désencombrement. Qué-za-co? Il sagit en fait de la 1ère étape du minimalisme c’est-a-dire se débarrasser de tout ce qui est inutile et nous encombre. Il est souvent expliqué que le bazar accumulé est en fait à l’origine de stress qui pourrait être évité: une maison qui nous paraît en perpétuel bordel ne nous aide pas à nous apaiser. Je pense que tout le monde a déjà fait un GRAND rangement au moins une fois dans sa vie et qu’elle satisfaction une fois le ménage fini quand on découvre une jolie pièce ! Même la personne la plus bordélique du monde appréciera de voir cette pièce rangée (si ce n’est pas le cas, alors c’est pathologique…)

Pour ma part, je ne suis pas fan de bibelots, je trouve que ça prend la poussière et n’apporte aucune plus-value à une décoration. Mais le minimalisme explique que si vous êtes collectionneur de petits objets (cloches, chouettes en céramique ou que sais-je encore), il n’est pas nécessaire de vous en débarrasser si cela vous apporte du plaisir au quotidien. Le désencombrement à vraiment pour but de retirer de notre univers ce qui est source d’ondes plus négatives que positives.

Une meilleure organisation

Pour ma part, le minimalisme est associé à une meilleure organisation. Ce n’est pas forcément évident au premier abord mais c’est pourtant le cas. Le fait de me débarrasser de ce qui est superflu me permet de me concentrer sur l’essentiel et donc de trouver un moyen de me débarrasser des corvées de façon plus rapide et efficace.

Comme toujours, il peut y avoir les personnes qui réagissent dans l’extrême et qui vont s’imposer un planning militaire: le lundi ménage, le mardi courses, le mercredi lessive… Mais on peut aussi s’approprier des techniques d’organisation correspondant à notre mode de vie. Pour ma part j’applique le système du bullet journal et de liste de menu pour la semaine (mais je vous reparlerai de tout ça dans un prochain article si ça vous intéresse).

Maman et minimaliste

Quand j’ai vu la quantité de jouet que le Père noël a amené à mon fils, j’ai été affolée… Mais a aucun moment je me suis dit « il y en a trop je vais les donner et ne lui en laisser que 3 ». J’essaie d’appliquer un mode de vie qui me correspond mais je ne veux surtout pas l’imposer à ma famille et encore moins à mon fils. Pour l’instant il est trop petit pour comprendre la démarche et le jour venu je lui expliquerai s’il le souhaite. Pour les prochains événements (anniversaire, etc), j’expliquerai a chacun quun cadeau par personne suffit amplement et que s’ils  tiennent vraiment a dépenser une fortune, je préfère lui créer une jolie épargne.

J’ai hésité à écrire ce paragraphe car il peut être source de débat. Donc je rappelle juste que cela est ma perception des choses et que je n’essaie a aucun moment de convaincre qui que ce soit que j’ai raison.

Pour conclure…

Le minimalisme est un mode de vie qui peut être adopté par tout le monde du moment que c’est un choix. Il prendra la forme et le degré de votre choix. Pour moi c’est un développement personnel qui va se faire sur plusieurs années. Ne vivant pas seule, je ne peux pas l’imposer à mon entourage, je peux juste l’appliquer à ce qui me concerne personnellement tout en expliquant les bienfaits que je ressens.

Ma démarche a d’abord commencé par une recherche de technique de rangement / de tri puis des suggestions d’autres livres m’ont été fait. Après des mois de recherches, j’ai commencé à développer mes propres techniques qui a l’heure actuelle sont encore à peaufiner mais je ressens déjà un certain bien-être. Chaque chose commencé à trouver sa place et le rangement est donc moins long et stressant quand on sait où vont les choses. Côté dressing, je dois avouer que ce n’est pas encore idéal, comme dit plus haut, je recherche des marques françaises qualitatives et cela a un coût. Pour l’instant ce n’est pas ma priorité alors je fait avec ce que j’ai 😊

Livres lus:

Je vous recommande aussi de regarder le reportage sur Netflix.

Voilà j’espère que cet article vous aura plus. C’est sans doute un des plus long et des plus passionnant (à écrire pour moi) de mon blog. Je pourrais développer chaque partie durant des heures. C’est un peu ma lubie du moment. N’hésitez pas à me dire en commentaire si vous êtes aussi dans cette démarche ou si au contraire vous n’y adhèrez pas du tout. Et si vous avez d’autres lectures à me conseiller je suis preneuse.

Bisous, bisous.

B.

3 Commentaires

Ajoutez les vôtres
  1. 1
    Claire

    Coucou Berengere ! J’adore ton article et je me demande moi même si je vais pas faire du tri pour me désencombrer la tête …
    Des bisous
    Claire 🙂 dixit aussi Carliemoon

  2. 2
    Charlotte

    Merci à toi pour cet article que j’ai eu plaisir à lire ! Il est vrai qu’on entasse on entasse pour finalement n’utiliser que peu de choses. Nous nous intéressons également à la théorie du minimalisme à la maison, et nous nous sommes rendus compte qu’en désencombrant notre maison de toutes les choses futiles, c’est aussi notre manière de voir la vie qui est désencombré ! Une belle manière de se recentrer sur l’essentiel.
    Belle continuation à toi, dans ta vie de maman et de future maman. Au plaisir de continuer à te suivre sur insta !
    Charlotte (Schumette.et.cie)

  3. 3
    Didouneprij

    merci pour cet article que je prends enfin le tps de lire ! je suis dans la même démarche, surtout en fait au gré des gros rangements et réaménagements que nous avons du faire depuis la naissance de notre premier fils; nous vivons dans une petite maison qui ne comporte aucun placard / rangement et nous avons du enlever (au gré de l’envahissement des jouets / Chaise haute / etc ) certains meubles pour faire de la place; C’est ainsi qu’avant nous avions une bibliothèque entière avec des CD, des DVD et des livres, qui a totalement disparu, par exemple. Avec l’arrivée de notre deuxième bébé et tjs dans notre 60 m2 avec une chambre pour nos deux enfants, on restreint encore plus, et j’ai décidé de ne plus stocker. Les vêtements de bébé que j’avais gardés après le premier, je ne garde plus rien maintenant, dès que le deuxième a fini un taille et passe à une autre, je mets tout dans un gros sac et et je prête aux copines ou stocke dans la cave en attendant avec impatience le prochain vide grenier. Pour la garde robe je vais comme toi. et je tri mes vetements au moins deux fois par ans, avec toujours au moins un gros sac à retirer. même chose dans la cuisine ! quand nous avons emenégé dans cette maison sans placard nous avions des tonnes de verre (a vin, a eau, a biere, des grands des petits etc…), des tonnes d’accessoires, moules de cuisines, divers appareils a crepes, plancha et compagnie… j’ai tout viré. on ne s’en servait jamais. Enfin bref voilà, mon conjoint râle parce que à la base je fais ca pour une raison pratique de petite surface habitable mais en fait, moi je me sens mieux depuis qu’on a moins d’affaire. libérée, soulagée. on y voit plus clair. c’est d’ailleurs recemment que j’ai découvert qu’en fait, ca c’était du minimalisme !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *