Mon accouchement

L’accouchement est souvent quelque chose qui fait peur, surtout le 1er car c’est l’inconnu. On a beau avoir suivi des cours de préparation à l’accouchement, on nous le dit toujours: tout peut arriver, il faut se préparer à ne pas avoir la péridurale (si on la souhaite), ou au contraire, on peut rêver d’accoucher naturellement et finalement la réclamer. On peut aussi avoir une césarienne en urgence… Il faut donc essayer de se préparer à toute éventualité et surtout ne pas s’en vouloir si on ne fait pas ce qu’on voulait faire.

J’ai toujours imaginé accoucher comme à la TV: on se promène tranquillement et crack la poche des eaux se perse et on part vite à l’hôpital… Mais ce n’est pas vraiment ce qui m’est arrivé…

Pour ma part, j’ai vécu l’accouchement de mes rêves! Avec la sage-femme qui me suivait pour les cours de préparation à l’accouchement, on avait une approche assez naturelle, avec la volonté d’éviter la péridurale.

Même si je me disais que l’accouchement est quelque chose de naturel et que beaucoup de femmes le font, je gardais l’option péridurale en plan B. Et j’ai bien fait!!

Auguste est né après le terme théorique de la grossesse. Et le protocole dans ce cas là (dans l’hôpital de Toulon où j’ai choisi d’accoucher) est de prendre rdv avec la SF de l’hôpital le lendemain de la date prévu d’accouchement. La nuit du 14 (DPA) au 15 j’ai eu des contractions régulières mais non douloureuses, j’ai aussi eu des pertes légères de sang ce qui veut dire que les choses se mettaient en place doucement… Donc le 15 Mars, nous sommes allé à la maternité pour un examen, une échographie et un monitoring. Bilan: bébé va bien, il y a beaucoup de liquide amniotique, il est encore haut.  La SF m’a fait un décollement de membrane pour essayer d’activer les choses (elle ne m’a pas demandé avant de le faire, car même si j’étais impatiente d’accoucher, j’aurai préféré que les choses se déclenchent naturellement). Lors du monitoring, des contractions sont enregistrées, la SF est surprise que je ne les sente pas (je n’avais aucune douleur) car elles étaient assez fortes selon elle.

De retour à la maison, des contractions se faisaient de plus en plus ressentir mais c’était supportable. Lors des cours de préparation  l’accouchement, la SF nous avait expliqué qu’il fallait que les contractions soient toutes les 5min régulières pendant au moins 2h. Ayant peur d’aller à l’hôpital trop tôt (et qu’on nous dise de rentrer à la maison), je dis à Chéri qu’on ira à l’hôpital qu’après Top Chef (j’essayais de me changer les idées même si je n’ai pas vraiment suivi l’épisode lol). Après une douche, nous partons à minuit pour la maternité.

Alors j’avoue, jusque là ça fait pas rêver… Mais le meilleur arrive 😉

Lorsque nous arrivons à la maternité on nous installe dans un salle de pré-travail. J’ai eu un nouveau monitoring avec effectivement des contractions régulières et un peu plus fortes que lors du rdv du terme J+1. Mais à l’examen mon col n’avait pas bougé. La sage femme nous dit alors d’aller nous promener dans l’hôpital environ 1h30 pour faire avancer les choses (et petite astuces: prendre les escaliers serait une bonne chose…). C’est ce que nous avons fait. Sauf qu’arrivés en bas des escaliers impossible pour moi de faire plus de 3 pas entre 2 contractions qui me paralysaient sur place. On essaie tant bien que mal de remonter dans le service… La sage-femme m’examine à nouveau. Les choses se mettaient en place mais pas assez pour aller en salle de travail. Et là elle me propose de faire du ballon sous la douche. Ça a été pour moi un moment clé de mon accouchement. Être seule sous un jet d’eau chaude (des fois sur le ventre, des fois dans le dos) à me concentrer sur mes mouvements et les contractions. La consigne était de rester là le plus longtemps possible. J’ai tenu 1h.

Nouvel examen de la sage-femme : ça y est je suis dilatée à 3 et j’ai le droit à la péridurale si je le souhaite. J’espérais accoucher sans mais honnêtement quand vous enchaînez 2 nuits blanches et que vous gérez les douleurs depuis 8h et que ça a si peu avancé la péridurale est la bienvenue (j’espérais secrètement être tellement soulagée que je pourrais dormir).

A ce moment là, la sage-femme me fait une prise de sang pour vérifier qu’il n’y a pas de contre-indications pour la péridurale. Il faut encore patienter 30min pour avoir les résultats. Je retourne sous la douche avec mon ballon. Mais là impossible de gérer la douleur; je pense que de savoir que j’allais avoir droit à la péridurale à un peu enrayé mon envie de me concentrer pour ne pas trop avoir mal. Ça a été une demie heure très compliquée.  Le ballon sous la douche n’a rien soulagé…

A 5h30 la sage-femme est venue nous chercher pour aller en salle de travail et on m’a posé la péridurale (aucune douleur et pose rapide). Après un nouvel examen par une nouvelle sage-femme mon col n’avait pas bougé depuis l’examen en salle de pré-travail on m’a donc dit d’essayer de dormir. La péridurale était parfaitement dosée: pas de douleur mais je sentais les contractions et je pouvais donc faire mes exercices de réparations comme je l’avais appris en cours.

Mais honnêtement je me suis vite endormie.

Vers 8h30 une nouvelle sage-femme est venue m’examiner: l’équipe de nuit était partie et avait passé le relais à une nouvelle équipe.

Lors de cet examen, super nouvelle: mon col était complètement effacé et j’étais à 9 de dilatation. Par contre la tête du bébé n’était pas très bien positionnée.  Elle m’a donc demandé de me mettre à 4 pattes et de faire des mouvements d’avant en arrière pour faire bouger bébé. Après 30min comme ça retour à une position demi-allongée et ce coup-ci il fallait que je colle mes genou et que j’écarte les chevilles pour ouvrir mon bassin. Et à 11h on s’est installé pour le plus beau moment de ma vie.

Après 2 poussées la sage-femme m’a proposé de mettre un miroir pour que je vois l’avancement. Au début j’en avais pas du tout envie, surtout par peur que chéri voit aussi ce qui se passe et soit « traumatisé ». Puis, la sage-femme entre mes jambes avait des lunettes et je voyais ce qu’il se passait. Du coup j’ai accepté le miroir finalement. Ça m’a vraiment aidé pour que mes poussées soient efficaces.

Et 2 poussées plus tard j’ai pu attrapé mon bébé et le serrer dans mes bras. C’est moi qui avait demandé de l’attraper et c’est juste formidable qu’un projet de naissance soit respecté!

Auguste avait « un double circulaire » c’est-à-dire que le cordon faisait 2 fois le tour de son cou. c’est donc la sage-femme qui a coupé le cordon avant même qu’il soit entièrement sorti… Il était très bleu paraît-il, mais je ne l’ai pas vu moi… et il a crié avant même que je l’attrape et était redevenu rose quand je l’ai posé contre ma poitrine.

Un beau bébé de 3,700kg est donc né le 16 Mars  11h40.

Il a tout de suite fait la tétée de bienvenue, et ce petit glouton m’a fait des crevasses aux deux seins… ce qui a un peu compliqué les débuts de mon allaitement (mais ça je vous en parlerais dans un prochain article).

Je n’ai pas vu passé le temps entre la naissance et notre sortie de la salle d’accouchement. J’étais dans un autre monde, dans un monde parallèle. et ce n’est qu’après notre retour à la maison que je me suis rendue compte que Chéri avait immortalisé les premiers moments de vie d’Auguste (il y a même des selfies tous les 3 dont je n’ai aucun souvenir).

Maintenant, je comprends quand on dit que c’est le plus beau jour d’une vie, et je comprends qu’on ne puisse mettre des mots sur le sentiments qu’on ressent quand on rencontre notre bébé pour la première fois.

Ma vie a changé depuis, et ce n’est que le début.

Je le dis en rigolant à mes proches, mais si je devais recommencer demain ça serait avec joie!

Bisous, bisous.

B.

2 Commentaires

Ajoutez les vôtres
  1. 1
    CyrielleMaakeup

    Article super émouvant ! J’aime beaucoup lire les récits d’accouchement, chacun est différent et je crois que c’est ça qui en fait la magie.. Pour moi je saurai ce que l’on ressent ce jour là, au mois d’aout, quand je rencontrerai ma fille pour la première fois !
    Félicitations en tout cas, des bisous !

    • 2
      Appelez moi B

      On a beau essayer de mettre des mots sur ce qu’on ressent à ce moment là, il n’y a qu’en les vivant qu’on comprend! Je te souhait un joli accouchement et une belle rencontre avec ta fille 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *